Publié le : 13 janvier 20247 mins de lecture

Le toit est l’un des éléments essentiels à la protection d’une maison. Il évite les désagréments dus aux intempéries et assure une bonne isolation thermique et phonique. Sa durée de vie dépend du matériau dans lequel il est réalisé. Si des tuiles peuvent protéger une maison durant une cinquantaine d’années, le métal et l’ardoise peuvent tenir un siècle environ. Ces durées sont approximatives et dépendent de l’entretien et des conditions climatiques dans lequel l’élément évolue. Lors de la rénovation d’une toiture, la question du matériau à employer se pose toujours. Tuiles, métal ou ardoise : peut-on réellement faire ce que l’on veut ?

Bien sélectionner son matériau de toiture

Faire le bon choix de matériau lors de la rénovation d’une toiture est indispensable. Le toit est en contact direct et permanent avec l’extérieur. Il doit pouvoir garantir la parfaite étanchéité de la maison. Il fait partie des éléments les plus importants et les plus coûteux de la fabrication d’un logement. C’est pour cela qu’il vaut mieux, parfois, demander l’avis d’un spécialiste comme lamaisondestravaux.com, avant de se lancer dans sa réfection.

En effet, le toit, s’il a un aspect esthétique indéniable, doit également pouvoir recueillir l’eau de pluie et assurer une parfaite isolation thermique et phonique du bâti. Il doit aussi pouvoir supporter des structures autres telles que des antennes paraboliques, des panneaux solaires, des systèmes de climatisation et de ventilation ou, plus simplement, le poids des personnes qui marchent dessus afin de l’entretenir.

Connaître les règles applicables à la rénovation d’une toiture

Peut-on faire ce que l’on veut lorsqu’on décide de rénover son toit ? La réponse à cette question est négative. Les règles d’urbanisme peuvent imposer le choix des matériaux de toiture. C’est pour cette raison qu’il est important, avant de commencer les travaux, de se renseigner sur les règles qui s’appliquent au sein de sa commune. PLU (Plan Local d’Urbanisme), intempéries et climat : tout doit être passé au crible avant de prendre une décision.

Si le domicile occupé se trouve à proximité de bâtiments classés aux monuments historiques, il y a de fortes chances que des règles strictes soient à respecter en ce qui concerne la pente de la toiture, sa couleur et le matériel à employer. Les mêmes obligations peuvent être exigées dans une copropriété.

Pour ceux qui décident de rénover eux-mêmes leur toiture, il ne faut pas oublier de suivre à la lettre l’ensemble des préconisations données dans les DTU. Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit des documents techniques unifiés. Ces derniers permettent de connaître toutes les règles de mise en œuvre des matériaux utilisés pour la couverture d’un toit. Ils sont conçus pour indiquer clairement :

  • les limites de prestation,
  • les obligations envers les autres corps de métier,
  • les règles de calcul qui concernent le dimensionnement de l’ouvrage.

Tous ces éléments sont essentiels. Il ne faut pas oublier de déclarer au préalable son intention de faire des travaux sur son toit et ne pas oublier que si ces derniers doivent changer son aspect, il convient de demander un permis de construire. Ces démarches permettent d’éviter de se tromper et de prendre conscience de ce qui est autorisé ou non dans la région dans laquelle l’on vit.

S’appuyer sur les avantages de la tuile, du métal et de l’ardoise

Si l’on a le choix des matériaux pour son toit, on peut définir celui qui convient le mieux en fonction des particularités et des bénéfices qu’on recherche.

Les tuiles : une solution répandue

En terre cuite ou en béton, les tuiles sont le mode de recouvrement le plus employé. Les tuiles en béton sont moins onéreuses que celles en terre cuite, mais ont une durée de vie moins importante. Quels sont les avantages des tuiles ? Elles sont écologiques et lessivables. Elles facilitent l’entretien d’une toiture et se remplacent facilement. Résistantes à l’air, à l’eau et au feu, elles représentent une bonne solution de sécurité pour le toit. Elles peuvent être colorées et favorisent l’esthétisme du logement. Elles ont pour défaut d’être lourdes et peu résistantes aux chocs.

L’ardoise : un gage de longévité

L’ardoise utilisée pour les toitures peut être naturelle ou synthétique. C’est la seconde solution qui est la plus couramment employée pour les toitures, notamment dans des régions comme la Loire ou la Bretagne.

L’ardoise naturelle jouit d’une longévité impressionnante : elle peut durer jusqu’à cent ans. Résistante, elle est également un excellent isolant phonique et thermique. Elle a aussi l’avantage d’être très élégante et se révèle particulièrement résistante au feu. Il est à noter que certaines ardoises naturelles sont friables, ce qui peut poser des problèmes. Son inconvénient majeur reste son prix. C’est un matériau au coût élevé.

Le métal : une esthétique contemporaine

Les toits en métal peuvent être en zinc, en cuivre, en alu ou en bac acier. Ils sont appréciés par ceux qui veulent donner une élégance très contemporaine à leur toiture. Ils ont l’avantage de durer dans le temps et peuvent tenir jusqu’à cent ans. Ces matériaux ont de nombreux avantages. Ils sont étanches, offrent une bonne résistance à l’humidité ou au feu, protègent la maison de la chaleur et évitent le développement des mousses et des lichens. Ils sont aussi légers et permettent l’usage de charpentes moins lourdes. Il est, parfois, nécessaire de renforcer l’isolation acoustique et thermique lorsqu’on utilise ce type de matériau. Il est à noter que le prix de leur pose peut être élevé.