Guide pratique sur la certification Afnor pour les cigarettes électroniques

Cigarette électronique

Il n’est plus nécessaire de rappeler le danger que présente le tabac pour la santé. La combustion de la cigarette produit un composé très toxique appelé monoxyde de carbone. Ce qui est à l’origine de nombreuses maladies très graves. L’arrivée sur le marché de l’e-cigarette a réjoui les amateurs de tabac ainsi que les gros fumeurs. En effet, la vape procure pratiquement les mêmes sensations qu’une cigarette classique, mais sans aucun risque pour la santé. De plus, grâce à la mise en place de la certification Afnor depuis quelques années, les consommateurs ne peuvent plus se tromper dans le choix de leurs e-cigarettes.

AFNOR : un acteur très important sur le marché de la vape

AFNOR ou Association française de la Normalisation a vu le jour en 1926. Son rôle principal consiste à coordonner, élaborer et promouvoir les normes aussi bien sur le plan national qu’international et ce peu importe le secteur d’activité. Pour les entreprises, avoir la certification AFNOR est un gage de qualité et leur permet de se démarquer des concurrents. En même temps, elle permet de faire preuve de transparence envers la clientèle. Depuis 2014, AFNOR a commencé à investir dans le chantier «  cigarette électronique » suite à la sollicitation de l’Institut National de la Consommation. Sa mission vise avant tout à concevoir des normes de sécurité autour de l’e-cigarette. Ainsi, les consommateurs pourront choisir leurs cigarettes électroniques ou eliquide sans aucun risque.

Les actions menées par AFNOR dans le cadre de ce chantier sont nombreuses. Elle sensibilise par exemple les fabricants d’accompagner chaque produit d’une notice explicative. Il est également recommandé de préciser la composition exacte du liquide utilisé. Ainsi, les produits respectant les conditions préconisées pourront disposer d’un logo AFNOR sur leurs emballages. En optant pour un eliquide afnor, les consommateurs seront plus confiants et certains de ne pas avoir affaire à un produit de mauvaise qualité.

Les réglementations en matière d’e-cigarette

Le marché de la vape est réglementé depuis 2016. Ainsi, un produit de vapotage ne peut pas être commercialisé sans satisfaire aux critères mentionnés par le TPD ou Tobacco Product Directive. Ce dernier se présente comme une balise qui a permis de structurer le processus de fabrication des cigarettes électroniques et d’eliquide. Ainsi, les fabricants doivent impérativement communiquer les différents ingrédients qui composent un eliquide nicotiné. En outre, ils ne doivent en aucun cas utiliser des substances CMR catégories 1 ou 2 qui représentent un risque important pour l’organisme.

Grâce à ces réglementations, le marché français figure parmi les plus fiables au monde. Les consommateurs sont ainsi certains de trouver une e-cigarette de qualité sur le marché. Le TPD exige par exemple que la quantité de liquide nicotiné utilisé sur une e-cigarette ne doit pas dépasser 10 ml avec un taux limite de 20 mg.

 Avant de présenter un eliquide sur le marché, le fabricant doit effectuer préalablement un enregistrement auprès de l’ANSES. Par la suite, un test toxicologique sera effectué afin de détecter l’existence éventuelle d’une substance toxique comme le formaldéhyde ou la diacétyle.

Les différentes exigences de la norme AFNOR

Notons que depuis sa création, AFNOR a délivré régulièrement des certificats NF et AFAQ. Ces derniers garantissent la conformité des produits, des services, ainsi que les compétences du fabricant. Par ailleurs, l’association peut dispenser des formations afin d’aider les entreprises à se conformer aux exigences imposées. Le but ultime de la norme AFNOR est de garantir aux consommateurs des produits de qualité et fiables.

Pour pouvoir prétendre à une certification AFNOR, les fabricants doivent répondre à certains critères. D’abord, il faut que la notice d’exploitation apporte des informations claires et précises sur les erreurs ou les mauvaises manipulations à éviter. En outre, les fabricants ne peuvent plus utiliser n’importe quel liquide dans l’e-cigarette. Certains produits classés dangereux ne peuvent pas être utilisés. Il s’agit notamment des produits cancérogènes et neurotoxiques.

Il est très important de préciser que la certification AFNOR n’est pas obligatoire. Tout dépend de la volonté et des besoins du fabricant. Les entreprises qui veulent gagner la confiance de la clientèle se tournent généralement vers la certification AFNOR. N’oubliez pas qu’un eliquide Afnor doit disposer obligatoirement d’une étiquette sur laquelle on trouve des précisions sur la liste des ingrédients. Parmi eux, la date de péremption ou encore le taux de nicotine avec les diverses consignes de sécurité.

XP D90-300 : la première norme relative aux produits de vapotage

Cette norme a été élaborée par AFNOR en 2015 avec la collaboration des professionnels de santé ainsi que des associations de consommateurs. Cette norme se divise en trois parties bien distinctes. 

La norme XP D90-300.1 concerne particulièrement le matériel comme un clearomiseur, un box ou un e-cig. Elle impose les conditions à respecter pour garantir la sécurité des utilisateurs lors de la manipulation de l’e-cigarette. Il faut prévenir tous risques de surchauffe, de coupure ou de blessure durant l’utilisation. Par ailleurs, le matériel ne doit pas évacuer des substances toxiques ou allergisantes. Cette norme exige également une parfaite résistance aux chocs. Pour cela, un test de chute sera effectué à une hauteur de 1 m 50.

La norme XP D90-300.2 touche particulièrement les e-liquides AFNOR. Elle impose certaines exigences en matière de sécurité et d’informations. Afin de sécuriser les utilisateurs, les matières premières doivent être de première qualité. Ensuite, certains ingrédients sont prohibés : sucre, métaux lourds, édulcorants ou encore les huiles végétales et animales. En matière d’information, la norme exige que les étiquettes soient bien claires et la date d’expiration doit être bien explicite.

La dernière norme XP D90-300.3 est liée aux émissions de fumée. Ainsi, elle concerne à la fois le matériel et l’e-liquide.

La composition de l’e-liquide

Les ingrédients utilisés peuvent varier selon chaque fabricant, mais on trouve en général du propylène glycol ou PG, de la glycérine végétale ou VG, des arômes, de la nicotine, de l’alcool et de l’eau. Le propylène glycol est l’élément de base de l’e-liquide. Il s’agit d’un liquide visqueux incolore et sans odeur qui est utilisé pour la fabrication de nombreux produits comme le solvant, l’émulsifiant, les shampoings ou encore les dentifrices, mais pour le cas de l’e-cigarette, il joue un rôle d’exhausteur d’arôme. Il permet ainsi à la nicotine d’exprimer sa puissance et vous procurer la sensation de hit.

Quant à la glycérine végétale, elle est responsable de la fabrication des gros volumes de vapeurs durant le vapotage tout en réduisant la sensation de hit. Le PG et VG jouent par conséquent des rôles complémentaires. Les arômes permettent uniquement d’apporter du goût à votre eliquide. Pour la nicotine, ses effets sont variables selon le taux utilisé. Ainsi, elle peut vous stimuler ou au contraire, vous calmer. De plus, la nicotine est la principale responsable du hit.

 

Dermaplaning : La méthode d’épilation pour une peau parfaite
S’offrir des vêtements pour femme voilée à prix pas cher