Comment les contrôleurs techniques passent au BIM ?

Contrôle technique BIM

La branche du bâtiment et autre infrastructure est un domaine particulièrement complexe, nécessitant plusieurs d’années de formations et des stages pratiques. En effet, il s’agit de mettre en place une construction de petite, moyenne ou de grande envergure. La sécurité des futurs occupants et des alentours n’est pas à prendre à la légère. Arriver à ériger un édifice trouve ses origines en premier lieu par le dessin des plans techniques, où chaque millimètre est calculé méthodiquement pour que la réalisation arrive à tenir en place. Ensuite, l’ensemble est prévisualisé avec un simulateur, des maquettes uniquement physiques autrefois, mais possible en version numérique de nos jours. Pour se conformer aux normes en vigueur, plusieurs points doivent passer par des contrôles, d’où l’existence des contrôleurs et du BIM. Mais qu’est ce que le BIM ?

Comprendre la signification du terme BIM

BIM, acronyme de  Building Information Modeling, est l’ensemble de méthodes structurées de travail dans le domaine du bâtiment. De sa traduction Modélisation des Informations du Bâtiment, il englobe les aspects techniques d’une conception comprenant les paramètres physiques, des analyses sur le plan énergétique, les éventuels conflits, le contrôle sur le budget, les normes à respecter, etc. Pour simplifier, le BIM est un partage d’informations durant la réalisation entière d’un bâtiment. Des données fiables rassemblées depuis la conception de l’infrastructure, jusqu’à sa démolition.

Des programmes informatiques ont été conçus pour faciliter la gestion de ces données. La principale différence avec un simple logiciel de modélisation 3D, un logiciel BIM prend en compte de nombreux facteurs comme la présence ou non des accès pour handicapés par exemple. Le dépassement du budget et des délais de réalisation est un problème fréquent dans le bâtiment. Un des principaux avantages du BIM, le suivi en temps réels de l’évolution du projet en fonction des paramètres disponibles, dans le but d’anticiper les éventuelles complications. Cependant, quelques critères sont à considérer pour un contrôle technique bim compatible.

Une normalisation pour un contrôle technique efficace

Le premier objectif d’un controle technique bim, garantir le suivi des normes et protocoles en vigueur lors de la réalisation d’un projet de bâtiment. Pour ce faire, les contrôleurs techniques mettent en place une coopération avec les sociétés spécialisées dans le BIM, voire de les racheter dans certains cas. Ces opérations permettent de mieux contrôler les règlementations et conformités à suivre. Une analyse pouvant se baser sur le traitement des données collectées au cours d’un projet, par l’intermédiaire d’une maquette numérique bim par exemple, ou avec une méthode plus classique, l’analyse des données géométriques à disposition.

Cependant, un problème peut résider : l’uniformisation des informations. En effet, pour que le BIM soit efficace, une normalisation est requise. Plusieurs logiciels proposent déjà des solutions de nomenclatures et de procédures appliquées, mais dans le cas présent, la plupart des conceptions ne passent pas forcément par leurs utilisations. Pour assurer l’efficacité des méthodes de travail proposées par le BIM, la mise en place de plug-ins indépendants des logiciels constitue une solution selon le président de Data Soluce.

Un contrôle par module avant l’exploitation de l’infrastructure

Une infrastructure quelconque peut se diviser en plusieurs parties distinctes. Le but est alors de permettre une recherche par objet comme le balcon, les escaliers, etc. pour pouvoir les analyser, et sortir un état global des lieux en fonctions de ses acteurs. BIMData sera alors séparé en quatre modules dont un viewer, un inspecteur ou testeur géométrique, un module d’échange et un éditeur IFC.

Des modules qui combinent l’utilisation des paramètres géométriques et l’organisation des données. C’est un outil qui va permettre aux agents du controle technique bim d’examiner les maquettes numériques, et de fournir un rapport. Le but étant de mettre au point divers aspects techniques par l’intermédiaire d’un logiciel bim, avant l’exploitation des bâtiments.

Profiter d’une large gamme de scies radiales à onglet en ligne
Travaux dans les espaces difficiles : opter pour une mini pelle Kubota