Comment gérer les règles douloureuses ?

règles
Quel que soit l’âge auquel elles surviennent, les règles douloureuses (ou dysménorrhées) s’avèrent handicapantes à plus d’un titre. Les symptômes qu’elles entraînent peuvent varier d’une femme à l’autre, mais aussi évoluer au fil du temps. Ils peuvent ainsi se traduire par de sévères crampes abdominales, des nausées ou encore des vertiges. Souvent associées à une fatigue importante, les douleurs liées aux règles peuvent en outre se répercuter sur l’état psychologique et mental de celles qui en souffrent. Mais alors, comment les soulager efficacement et de la façon la plus naturelle possible ?

Clé n° 1 : explorer les médecines alternatives et naturelles

Les manifestations du cycle menstruel, et notamment des règles, sont rarement les mêmes d’une femme à l’autre. Le niveau de douleur, qui est essentiellement lié à la production de certaines hormones (prostaglandines, cortisol, adrénaline), peut ainsi s’avérer plutôt faible ou au contraire très élevé. Dans ce dernier cas de figure, il est essentiel de chercher des moyens d’atténuer les crampes, les courbatures ou les maux de dos qui peuvent apparaître durant les règles. Si certains traitements médicamenteux se montrent plutôt efficaces, le risque de surdosage ou bien d’accoutumance demeure bien présent. Pour traiter les douleurs à long terme, vous aurez donc tout intérêt à vous tourner vers des solutions naturelles qui ne comportent aucun risque. Vous pourrez ainsi miser sur les bienfaits des plantes, par le biais de la phytothérapie, de l’homéopathie ou bien de l’aromathérapie : un naturopathe saura vous orienter vers les compléments alimentaires adéquats. Les douleurs pourront également être soulagées par le biais de techniques innovantes comme l’électrothérapie, à découvrir sur urgomoon.com, sous la forme d’un patch discret qui s’adaptera facilement aux aléas de votre vie quotidienne.

Clé n° 2 : adapter son hygiène de vie

Lorsque les règles se font douloureuses et gênantes, le premier réflexe consiste souvent à se rouler en boule sous la couette avec un paquet de chips ou de gâteaux. Or, s’il est essentiel de prendre soin de soi et de se faire plaisir lors de cette phase du cycle, il faut néanmoins prêter une attention toute particulière à son hygiène de vie. Une alimentation trop grasse, trop sucrée ou trop salée ne vous aidera pas à atténuer les douleurs, bien au contraire ! À l’instar des excitants comme la caféine, l’alcool ou la nicotine, les sucreries et les plats les plus gras mettront votre organisme à rude épreuve. Privilégiez donc les fruits, les légumes et les poissons frais, dont les vitamines et autres oligo-éléments favoriseront l’évacuation des muqueuses intra-utérines en douceur. Pensez à vous hydrater tout au long de la journée, en remplaçant les sodas par des tisanes anti-ballonnements. Enfin, maintenez une activité physique régulière dans la mesure du possible : même s’il ne s’agit que de quelques minutes de marche, cet exercice simple vous aidera à mieux supporter les crampes.

Clé n° 3 : multiplier les moments de détente

Les dysménorrhées sont généralement synonymes de stress et de tension. Sous l’effet de la douleur, l’ensemble du corps se tend et se contracte pour vous aider à mieux supporter les sensations désagréables. Mais là encore, ce premier réflexe n’est pas nécessairement le plus adapté : un profond lâcher-prise se révèlerait beaucoup plus efficace ! Mais pourquoi ? Tout d’abord, une véritable détente vous aidera à diminuer votre taux de cortisol et d’adrénaline, deux hormones responsables du stress et des douleurs liées aux règles. Par ailleurs, plusieurs techniques de relaxation produisent des résultats plutôt efficaces lorsqu’il s’agit d’atténuer des maux physiques : c’est notamment le cas de la méditation, de la sophrologie ou encore du yoga. N’hésitez pas à tester différentes activités dédiées à la détente et au bien-être pour trouver celle qui vous correspondra le mieux. Vous pourrez également combiner les effets bénéfiques de la méditation, par exemple, avec ceux de votre patch règles douloureuses pour un soulagement durable et profond.

Clé n° 4 : se familiariser avec son cycle pour mieux l’apprivoiser

Les règles sont souvent vécues sur le mode de l’épreuve, surtout lorsqu’elles sont douloureuses. Elles sont pourtant beaucoup plus qu’un simple « mauvais moment à passer » : synonyme de féminité et de fertilité, elles peuvent se transformer en véritable rituel d’introspection et de retour à soi. Il est alors possible d’apprivoiser ses douleurs menstruelles et d’en atténuer l’impact sur la vie quotidienne, à condition de mieux se familiariser avec l’ensemble de son cycle. Le vôtre est-il plutôt régulier ou non ? L’apparition de vos règles est-elle coordonnée avec les cycles lunaires ? Si vos règles ne sont pas toujours douloureuses, êtes-vous en mesure d’identifier les circonstances dans lesquelles vos dysménorrhées sont les plus handicapantes ? Pour vous familiariser avec vos douleurs menstruelles, vous devrez être à l’écoute de votre propre corps et de vos aspirations profondes. Sans pour autant faire l’impasse sur des technologies innovantes comme l’électrothérapie, n’hésitez pas à renouer avec votre féminin sacré en observant attentivement les différentes saisons de votre cycle


Comment communiquer pour mieux recycler
Quel est le tarif d’un coach de vie ?