Sa dyslexie est si jolie

Je ne cherche pas à pomper la chanson de Sanseverino même si mon titre est en très très inspiré. En fait, j’ai commencé par aller voir notre ami Robert, je savais que la dyslexie était lié à un trouble de la lecture et ce n’est pas tout à fait de dyslexie qu’il est question chez Julie.

Mais je n’ai pas trouvé de dys quelque-chose pour l’oral, et pourtant il y en a un paquet de dys quelque-chose, y’en a même plein de dys truc qu’on n’aimerait pas avoir.

Depuis que Julie est en âge de parler et d’être comprise par d’autres personnes que ses propres parents, elle intervertit les syllabes. C’est assez rigolo en fait, mais je vais illustrer:

  • pouquer pour couper
  • grelloune pour grenouille
  • hicopanque pour hippocampe
  • coccilene pour coccinelle

Avant hier nous avons enlevé la tapisserie de sa chambre et hier matin au réveil elle m’a dit: « on a fait de la pâtisserie hier ».

Gourmande même dans la ‘dyslexie’ notre coquinette.

Trackbacks

Quatre heures du math
On ne peut pas lutter !