Pourquoi pas l’argentique ?

En trois semaines j’ai :

Retrouvé une Kodak gold coincée dans le Konica pop de ma soeur depuis 20 ou 30 ans. Premiers appareils de nos chères années 80, le sien était rouge et le mien kaki-caca d’oie. I was cool before it was cool. Je ne me fais pas trop d’illusions sur le développement mais on peut essayer.
Acheté une pellicule à dix euros pour mettre dans le mju que Julie a emmené en classe de mer.
Halluciné du prix du film.
Voilé cette même pellicule après avoir fait n’importe quoi avec l’appareil tout juste réveillé de son sommeil séculaire.
Pleuré mes dix euros perdus.
Pensé puis renoncé à lui mettre du noir et blanc.
Trouvé un autre film, périmé, qui traînait au fond d’un sac photo.
Acheté le dernier hors-série de Réponses-Photo Pourquoi pas l’argentique ? qui m’a donné un coup de vieux.
Récupéré ma fille, son appareil et son film.
Eu la flemme de développer moi-même les rouleaux de Delta 400 qui traînent déjà depuis un bout.
Porté tout ça pour développement.

Alors, pourquoi pas l’argentique ? Vu l’investissement, je crois que c’est le cours de l’argent qui en viendra à bout.

Les jours de grèves
Boîte à mots