Mind the gap

Boris nous a parlé de Gapminder, une application en ligne qui permet de voir les pays du monde placés en fonction de différents paramètres : PIB, pourcentage du PIB utilisé pour les dépenses militaires, espérance de vie…

Si dans l’idée, je trouve cela plutôt intéressant, il y a quand même sur le fond quelque chose qui me gène.

Tout d’abord, l’outil propose de mettre tout en regard de tout. On peut par exemple visualiser le pourcentage des dépenses militaires en regard du pourcentage d’utilisation des contraceptifs chez les femmes adultes.

Je prends un exemple un peu extrême, mais il est à mon avis difficile d’arriver a des conclusions avec l’outil. J’y vois plutôt l’aspect ludique de comparer les pays les uns par rapport aux autres pour le fun et rien qui me fasse partir de chez moi avec l’envie de changer le graphique, de changer le monde[1].

Ensuite, et surtout, Hans Rosling nous dit[2] : Notre problème, c’est qu’il y a trop de monde qui connait les vins, et pas assez de monde qui connait le monde ! Ce qui, pour moi, sous-entend qu’il voit son application comme une partie de la solution au problème.

A mon avis, le problème est mal posé par monsieur Rosling est serait plutôt de la forme : Notre problème, c’est que les gens ne s’intéressent pas assez au monde !

Pour qui cherche, l’information est trouvable et si Gapminder permet de concentrer les informations, il n’est qu’un outil de plus à la disposition des curieux, dans son sens le plus positif. Pour qui ne cherche pas, Gapminder va rester perdu dans un coin d’internet. La vaste majorité de la plèbe est là et le problème reste entier.

Les jours de grèves
Boîte à mots